Depuis quelques jours, l’agencement des résultats de recherche dans le moteur de recherche le plus populaire a un peu évolué. Contrairement à ce qu’il prétend dans ses cours de formation sur le webmarketing, Google a décidé de miser sur la discrétion : la différence entre les résultats “monétisés” et naturels devient de plus en plus ténue.

 

Amalgame entre résultats pertinents et résultats

Dans un contexte où la transparence, l’authenticité et la proximité sont des valeurs primordiales pour l’utilisateur, le moteur de recherche accentue la confusion entre  les liens publicitaires (via Google ads) et  les liens  naturels suggérés  afin que l’internaute clique plus fréquemment sur des résultats qui rapportent au moteur.

Pourquoi ce nouvel affichage Google ?

Voilà comment il est simple de présenter le SEA, Search Engine Adwords comme indispensable à toute stratégie marketing.

Aussi cela améliorera significativement le chiffre d’affaires  de cette branche d’activité liée à la publicité.

D’ailleurs, aucune lois ni réglementations peut empêcher Google de changer de position quant à ses convictions.

Conséquences de la confusion des genres :

Alors qu’en 2005, lors d’une requête,  il était assez facile d’être présent dans la première page dès qu’on avait un site ou un blog, le défi d’apparaitre en  réponse numéro 10 sans investir 1 centime dans Google ads représentera aujourd’hui un vrai challenge.

Au delà de ces  constatations, Quelle expérience en tirera l’utilisateur ? Sera-t-elle plus adaptée à sa recherche?

Evolution de l’affichage des Google Ads dans les SERP. Source : Thomasbcn – Twitter

En réalité, le classement des liens sponsorisés répond à une démarche différente des liens naturels. Les annonceurs payent des expressions et mots clés et enchérissent sur un tarif de base en fonction de la demande. Nul question de pertinence de requête ni de critères légitimes, excepté si les mots clés payés correspondent à ceux exprimés par l’internaute.

Une des façons d’enrayer cette politique est d’apprendre à l’utilisateur à distinguer les deux types de liens. Le consommateur n’apprécie pas du tout le flou et encore moins les entourloupes. Il se sent trahi par l’absence de loyauté.

Maintenant, c’est à vous d’agir en partageant au maximum cette information et éviter de cliquer sur les liens commençant par “Ad” (généralement dans les 5 premiers résultats) lors de vos requêtes.

À bientôt.

Mael

S’il vous plaît : partagez